La révolution de la psy avec les Thérapies Cognitivo Comportementales

différences d'efficacité entre psychanalyse et hypnose ainsi que des thérapies cognitives et comportementales

Au départ, il y avait les fous, puis il y eu Freud, puis ses disciples et détracteurs, puis les thérapie nouvelles, aussi appelées les thérapies cognitives et comportementales, et on parle maintenant de la révolution de la psychologie avec les Thérapies Cognitivo Comportementales.

Idées reçues sur les Thérapies Cognitivo Comportementales

  • Les Thérapies Cognitivo Comportementales ne s’intéresseraient qu’aux comportements. En réalité, les TCC travaillent aussi avec les émotions, les pensées conscientes et subconscientes. Dans thérapies cognitivo comportementales, le mot “cognitivo” vient de “cognitif”, c’est à dire nos pensées ainsi que nos émotions.
  • Les Thérapies Cognitivo Comportementales ne prendraient pas en compte le passé. En fait, les TCC, comme toutes les psychothérapies, tiennent toujours compte du passé, ne serait-ce que pour comprendre comment les troubles qui se sont construits, à partir de quels apprentissages de vie, de quels événements, de quels modèles parentaux.
  • Par contre, en TTC on ne s’attardent pas pendant des années sur le passé comme le fait la psychanalyse, ce qui s’avère contre productif et fort onéreux, comme vous pouvez le constater sur l’image.
  • Les Thérapies Cognitivo Comportementales n’agiraient que de manière superficielle. Contrairement à ce que l’on pensait autrefois, le travail sur les données accessibles à la conscience (comportements, pensées, émotions) implique systématiquement la mobilisation d’autres structures psychologiques sous-jacentes plus profondes, et souvent plus ou moins inconscientes. D’où l’intérêt de l’hypnose et de la PNL en complément des TCC.
  • Le traitement comportemental pur (par techniques d’exposition graduée) des troubles phobiques conduit aussi à des changements cognitifs profonds, tant dans la vision du monde ( « Finalement, les dangers que je redoutais ne surviennent pas ») que sur l’estime de soi ( « Je suis capable de dépasser ma phobie »).
  • Les Thérapies Cognitivo Comportementales  n’obtiendraient pas de résultats durables. Cette idée reçue est la conséquence de la précédente. Une psychothérapie qui reste prisonnière du modèle médical classique (une cause produit un effet) va se donner pour objectif de chercher la ou les causes de la souffrance psychique, en supposant qu’une fois aboutie, cette recherche aura des effets curatifs.
  • Cette quête du Graal thérapeutique ne s’avère pas toujours payante. En fait, il est fréquent que, une fois enclenchées, les souffrances psychiques continuent d’évoluer pour leur propre compte, au travers de mécanismes d’autorenforcement. Retrouver leurs causes risque alors de ne pas suffire. C’est un des problèmes majeurs de psychologie classique ainsi que de la psychanalyse. Les patients savent de quoi ils souffrent mais pas comment ne plus souffrir.
  • Les Thérapies Cognitivo Comportementales seraient des thérapies “normatives”, et ne seraient finalement qu’une forme de dressage et de conditionnement. Toute psychothérapie véhicule forcément une idéologie, les TCC comme les autres.
  • Cependant, les apprentissages que proposent les TCC n’ont pas pour but de « normaliser » les personnes, mais de leur redonner de la liberté : leur permettre d’avoir le choix d’agir en fonction de leurs intérêts, pensées ou convictions. Lorsque l’on travaille par exemple, avec un sujet inhibé sur la manière dont il pourrait oser dire non lorsqu’il pense non, on ne lui apprend pas quand et quoi refuser. Mais juste comment dire non, et comment le faire lorsqu’il veut le faire.

La révolution de la psy avec les Thérapies Cognitivo Comportementales

En conclusion

Les Thérapies Cognitivo Comportementales, en France tout au moins, sont sans doute les thérapies qui ont fait l’objet des plus vives critiques au départ, comme celles dont furent victimes les psychanalystes à leurs débuts. Un peu comme toute nouvelle invention me direz-vous ? Dans cet article, vous avez pu lire les idées reçues sur les TTC. La source de l’image ou du graphique est issu des travaux du docteur Alfred A. BARRIOS de l’Université de Californie réalisé dans les années 1970 et publié en 2006 dans l’American Health Magazine en août 2006. La révolution de la psy avec les Thérapies Cognitivo Comportementales

Vous voulez vous former aux thérapies cognitives et comportementales? Cliquez ici

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager vos idées, cela me fera plaisir et cela peut aider d'autres internautes. Si vous souhaitez préserver votre confidentialité, il vous suffit de mettre un pseudo.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Tous les commentaires ne seront publiés qu' après vérification de leur contenu par le modérateur.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.